20/03/2004

RADIOACTIF

 

En 1976, l’architecte Luc Schuiten, membre du Mass And Individual Moving, met sur pied un projet de maison écologique, OREJONA. ORAS collabore très étroitement à ce projet et lance en parallèle une série de Monuments radioactifs.

Le 8 mai 1976, les deux premières œuvres d'art radioactives sont placées à Bruxelles (Rond point Schuman, là où bat le cœur de la Communauté européenne) et au centre culturel de Turnhout. Il s’agit de deux cubes de béton (2x2x2 mètres) dont les parois sont frappées du sigle international de danger radioactif. Dans leur centre respectif repose un noyau constitué de Radium 226 / 2052 M. Curie.

Par le biais de ce projet, M.A.I.M veut attirer l’attention de l’opinion publique sur les dangers liés au traitement des déchets nucléaires. Le message véhiculé est clair : la population doit pouvoir veiller sur ce qui pourrait, un jour, constituer un danger.

Avec l’appui du Stedelijk Museum d’Amsterdam, un troisième Monument radioactif voit le jour le 21 juin 1976 sur le Leidseplein, dans le cadre de l‘Amsterdams Vliegerfeest. Cette fois, les parois du cube sont recouvertes de gazon. Le sigle de danger radioactif est dessiné à l’aide de roses artificielles dont le cœur est rendu fluorescent par l’utilisation de Tritium.

Le quatrième Monument radioactif prendra la forme d’un caveau creusé près du rempart Lucas Bolwerk et sera inauguré le 29 octobre 1976, dans le cadre des Lustrum-feesten de l’Université d’Utrecht.

Dans le même esprit, ORAS réalise, à la demande de l’artiste hollandais Marius Boezem, un Monument radioactif pour le projet "Podio del mondo per l’arte" [Podium mondial pour l’art], inauguré à Middelburg le 20 novembre 1976. Le Monument créé consiste en une dalle de béton armé d'un mètre carré, recouvert de granit poli. Le signe de la radioactivité est réalisé en cuivre. Sous cette dalle, repose une balle de ping-pong imprégnée de Tritium 450 M. Curie 3 H ainsi qu’un texte du poète flamand Marcel Van Maele "Bericht aan de bevolking" [Avis à la population - celle de l'an 2076 pour être plus précis] frappé sur une feuille de plomb.

Lors de cette inauguration, les archives de la Ville de Middelburg reçoivent une enveloppe scellée dans laquelle se trouvent les documents concernant la dalle ainsi que la correspondance d'ORAS au sujet de l'oeuvre. A cette enveloppe est joint un message de l'archiviste destiné à ses collègues du futur, les invitant à desceller officiellement l'enveloppe le 20 novembre 2076 et à organiser à cette occasion une grande fête populaire.

Encore aujourd’hui, les manifestations anti-nucléaires organisées à Middelburg partent de cette dalle symbolique, située sur la Graan Markt […]

Conception et réalisation : Raphaël August Opstaele.

Avec la participation de : Barbara Hahn, Pierre Gonay et Luc Schuiten.

Commentaires

Très intéressant Tout ceci me passionne. Je reviendrai bientôt, promis.
Une historienne de l'art qui devint collègue de Julie ;-)

Écrit par : Hercule | 26/03/2004

ORAS 0046 046
Arte povero, l’art pauvre… of de kunst om met heel veel, heel weinig of bijna niets te doen en met ‘bijna niets’ de wereld een diepe ontroering af te dwingen. Vanuit deze overtuiging zijn de volgende opstellen geschreven. Moedwillig is daarvoor gekozen.
De ‘Arte povero’ van de onbekende poweet.

Écrit par : ORAS | 28/03/2004

ORAS HAHAHA.... HAHAAAA...
KORREKTIE VOOR 0046
JE PART DE SE PAS A MESNIL_EGLISE
ORAS, LE BONBON

Écrit par : ORAS 0046 | 29/03/2004

Les commentaires sont fermés.